SAM 16 MARS / 20H30

— SOIRÉE AMALA DIANOR —

2 spectacles

– Danse – À partir de 10 ans

Amala Dianor est un chorégraphe rompu à toutes les techniques, danse urbaine, contemporaine, africaine qui a su relier dans son écriture toutes ces influences. Seul street dancer de sa promotion, il intègre le Centre National de danse contemporaine d’Angers en 2000. À l’issue de sa formation, il commence une carrière d’interprète puis travaille au sein de sa propre compagnie un style hybride, fusion de la technique hip-hop et contemporaine.

Man Rec

Man Rec signifie “seulement moi” en wolof, langue la plus parlée au Sénégal dont est originaire Amala Dianor. Cette création est un dialogue entre ses origines multiples, des danses urbaines à la danse contemporaine en passant par les danses africaines. Le point de départ de Man Rec est la nature complexe de l’individu : son identité, le rapport à l’autre et à la société.

« Du hip-hop planant, doux, à peine audible tant il surfe léger au-dessus du sol, pèse poids plume sans pour autant manquer de chair. Du hip-hop ample qui ne se contente pas de torpiller sur place, mais voyage dans l’espace. Une combinatoire chorégraphique magique qui fait respirer la scène et irradie de sérénité»

Rosita Boisseau, le Monde du 22 mars 2018

Chorégraphie et interprétation : Amala Dianor
Assistante à la chorégraphie : Rindra Rasoaveloson
Lumière : Samson Milcent
Musique : Awir Léon
Crédit photo ©jef_rabillon
Coproduction : Centre National de Danse Contemporaine d’Angers
www.amaladianor.com

Lingua

La langue de chaque individu se construit dans son histoire, en se nourrissant de tout ce qui se présente. Les mots et les gestes, les sons et les couleurs, les odeurs, les matières, les symboles, les émotions, les joies et les souffrances… De leur rencontre, Amala Dianor et Denis Lachaud décide de créer ensemble une langue commune.

Commande de Concordan(s)e, festival provoquant la rencontre entre un auteur et un chorégraphe.
Denis Lachaud, romancier, homme de théâtre, auteur, metteur en scène et comédien. Il poursuit son chemin, d’observation, d’écoute et d’écriture, de la prison à l’hôpital, de l’université à l’entreprise, du lycée à l’école et au sein du collectif La Forge qui travaille actuellement dans les camps de réfugiés palestiniens.